Contrôlez vos réactions

“Lui, quand on l’a insulté, iI n’a pas rendu l’insulte. Quand Il a souffert, Il n’a menacé personne…” 1 P 2.23

Si quelqu’un vous insulte ou vous humilie, comment réagissez-vous ? En demeurant silencieux ou en laissant éclater vos émotions ? Lors de Son arrestation Jésus dit à Pierre qui avait tiré son épée pour Le défendre, de la remettre au fourreau. Après tout Il lui suffisait d’appeler Son Père à l’aide pour que Celui-ci mettre à Sa disposition plus de douze légions d’anges (Mt 26. 53). Connaissant la puissance d’un seul ange (Es 37. 36), il est facile de comprendre que l’humanité tout entière aurait pu être anéantie en un instant ! Mais Jésus choisit plutôt d’accepter l’humiliation et l’insulte. Il affirme à Pilate : “Tu n’aurais sur Moi aucun pouvoir s’il ne t’avait été donné d’en haut” (Jn 19. 11). En réagissant à l’insulte par l’insulte, vous donnez le pouvoir à l’autre de vous dominer. Or vous devriez toujours garder le contrôle de vos émotions: “Ne te laisse pas vaincre par le mal. Sois au contraire vainqueur du mal par le bien” (Rm 12. 21). De même que vous ne pouvez décider des circonstances de votre vie, de même vous ne pouvez anticiper le comportement des autres à votre égard. Mais vous pouvez faire le choix de votre réaction. Imiter Jésus dans ce domaine n’est certes pas chose facile. Notre moi souffre sous les insultes ou les critiques. Jésus le savait très bien, aussi a-t-Il affirmé que nous devions prendre notre propre croix si nous voulions Le suivre (Mt 16. 24-26). Et qui dit croix dit aussi mourir crucifié ! Paul explique : “Je suis crucifié avec le Christ: ce n’est plus moi qui vis, c’est le Christ qui vit en moi” (Ga 2. 19-20). Contrôler nos réactions est impossible humainement parlant. Mais à Dieu rien n’est impossible. La maitrise de soi est le fruit de l’Esprit, le dernier trait de caractère à être cité par l’apôtre (Ga 5. 23). Notre prière aujourd’hui : “Seigneur, par Ton Esprit apprends-nous à faire preuve de la même maitrise de soi qui fut la Tienne. Donne-nous la force de répondre à l’insulte par la douceur et la compassion, à l’humiliation par le silence. Amen”

B-1 an : Jb 25-27 & Rm 12

B-2 ans : Os 12