Attendre l’intervention de Dieu

“Quant à moi, je guetterai le Seigneur, j’attendrai le Dieu de mon salut ; mon Dieu m’entendra.” Mi 7. 7

N’avez-vous pas quelque fois souhaité que Dieu intervienne plus rapidement, en réponse à vos prières ? L’impatience fait partie de nos gènes, ne croyez-vous pas ? Et quand nous pensons que Dieu ne réagit pas assez vite, nous sommes tentés de prendre les choses en main avec trop souvent des conséquences désastreuses. David attendit près de 15 ans avant de monter sur le trône d’Israël. Il résista à la tentation d’en découdre avec le roi Saül, quand l’occasion se présenta. A ses yeux seul Dieu avait le droit d’intervenir, quand Il le jugerait bon. Aussi était-il bien placé pour écrire : “Attends le Seigneur ; sois fort et prends courage ; attends le Seigneur” (Ps 27. 14) ou encore “Reste en silence devant le Seigneur, attends-Le. Ne te mets pas en colère contre celui qui réussit…” (Ps 37. 7). Sans doute David trouva parfois difficile de contenir son impatience. Ne vous méprenez pas, vous serez souvent tentés de prendre des décisions hasardeuses car non réfléchies. Et vous les regretterez plus tard. Mieux vaut faire confiance à Dieu et attendre son intervention. Le roi Saül se trouva un jour dans une telle situation et son refus d’attendre l’arrivée du prophète Samuel comme convenu, finit par lui coûter le trône et la vie, sans compter la vie de ses propres enfants. Au lieu d’obéir à Dieu et laisser Samuel gérer le sacrifice, il usurpa le rôle de ce dernier et offrit le sacrifice à sa place. Voici ce que lui dit le prophète : “Tu as agi comme un insensé… Tu n’as pas tenu compte de l’ordre que tu as reçu du Seigneur ton Dieu… Maintenant, ton règne ne durera pas” (1 S 13. 13). Aussi Jacques nous encourage-t-il ainsi : “Frères et sœurs chrétiens, soyez patients, le Seigneur vient ! Regardez le cultivateur. Il attend avec patience les belles récoltes de la terre… Vous aussi, soyez patients !” (Jc 5. 7).

B-1 an : Jb 37-39 & Rm 16

B-2 ans : Dn 2 & He 4