Etre satisfait en toutes circonstances

“J’ai appris à être content dans l’état où je me trouve.” Ph 4. 11

Comment peut-on être vraiment satisfait dans la vie ? En suivant ces simples règles : 1- Faites le choix de rechercher chaque jour la vraie satisfaction au lieu de vous plaindre de tout et de rien. Cessez de croire que l’accumulation de biens matériels vous rendra plus heureux. Et n’oubliez pas de simplifier votre vie : la simplicité est la première porte vers la satisfaction. 2- Proclamez votre satisfaction. Prenez l’habitude de dire : “Je n’ai besoin de rien !” Si vous ouvrez votre feuille de paie pour découvrir qu’un bonus vient de vous être crédité, soyez reconnaissant puis dites :“Seigneur, j’ai reçu deToi bien davantage que ce dont j’ai besoin. Que veux-Tu que je fasse de ce surplus ?” 3- Imposez des limites à votre style de vie. David a écrit :“Quand vos richesses s’accroissent, n’y attachez pas votre cœur”(Ps 62. 11). Votre salaire ne doit jamais décider de votre style de vie. Décidez du niveau de vos dépenses en fonction de votre style de vie et ne vous laissez pas entraîner à dépenser davantage lorsque votre salaire augmente quelque peu. Le monde se chargera de vous pousser à la surconsommation, si vous ne vous fixez pas de limites raisonnables. Décidez de votre style de vie selon la volonté de Dieu et gardez à l’esprit votre destinée éternelle. Imaginez que la multitude des grains de sable sur toutes les plages du monde représente l’étendue de l’éternité. Un seul grain représente votre vie. Pourquoi passer votre temps à vouloir extirper le plus possible de ce misérable grain de sable, alors que Dieu a mis de côté pour vous des milliards d’autres grains ? Ce n’est pas très futé, ne pensez-vous pas ? Pour apprendre à être vraiment satisfait, pensez à l’éternité. Paul avait pris l’habitude d’être content de tout. La satisfaction est une habitude à prendre chaque jour ! On raconte que John Wesley, pasteur-fondateur de l’église méthodiste alors étudiant à Oxford vivait avec 28 livres par an. Plus tard alors qu’il gagnait plus de 120 livres, il se contentait toujours de 28 livres par an pour vivre. Approchant de la mort, il déclara à ses proches : “si vous trouvez plus de 10 livres encore sur mon compte, vous pourrez me traiter de voleur!”


Publié

dans

par

Étiquettes :

Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *